nti

22 OCTOBRE 2013

Samedi 19 octobre, nous avons quitté officiellement la turquie. Nous aurons passé trois ans dans ce pays si joli et attachant (même si nous avons fait beaucoup d'incursions sur les îles grecques voisines). D'ici notre hivernage, notre route nous obligera à faire deux haltes sur des îles turques en toute illégalité, mais personne ne dira rien à personne !

Notre dernière escale turque fut AYVALIK avec sa presqu'île en face : ALIBEY. Superbe endroit qui forme un lac, car peuplé d'îles qui protègent de tous les vents (enfin presque). AYVALIK est réputée pour sa cuisine. Nous l'avons appréciée. Son thé aussi : une infusion de sauge au citron.

Nous sommes tombés pendant le fête de Baïram (c'est une semaine de vacances pour les turcs). Assister au sacrifice du mouton dans des conditions scabreuses, n'est pas fait pour les âmes sensibles.

Nous avons donc retrouvé la Grèce, l'île de LESBOS et aussi, nos amis turcs qui naviguaient dans le coin : ça prolonge inévitablement les soirées.

Nous avons décidé de faire le tour de l'île dans le sens inverse des aiguilles de notre pendule : le port de MITYLENE, celui de MITHIMMA – ou MOLIVOS (dans le nord-ouest de l'île), le port de SIGRI, le port de PLOMARION (dans le sud) et retour à MITYLENE .

L'île de LESBOS est incontestablement la plus belle île de la mer EGEE que nous ayons connu. Paysages luxuriants puis désertiques, plaines fertiles... et surtout le village de MOLIVOS qui est une perle. C'est un dédale de ruelles pavées. Des maisons en pierre à pans de bois (qui rappelle les maison ottomanes) , avec des petits balcons qui dominent les falaises sur la baie. Y boire un verre de vin blanc, interroge sur la nécessité de rentrer à PARIS !

Mais nous avons aussi retrouvé les autorités tatillonnes ; les coast guards qui vous interpellent avant d'être accosté, qui vous envoient au poste de police, qui remplissent des liasses de papiers et apposent des multitudes de tampons, pour une taxe de 6 euros par jour ! Il y a des économies de fonctionnaires à faire dans ce pays !

Mais il continue de faire bon... et l'ouzo n'est pas cher.

Nous hivernerons donc à KAVALA, dans le nord de la mer EGEE, sur le continent grec. Nous avons trouvé ce chantier qui nous paraît convenable et qui pratique des prix raisonnables. Ce qui n'est pas le cas dans les marinas turques : ils sont trop riches ces turcs.

dsc0263.jpg

2505 2905