nti

BILLETS de 2012

2 août 2012

il est 9 heures ce 2 août. Depuis notre départ de Marmaris, le 27 juillet, nous avons retrouvé nos amis turcs et nous errons ensemble de mouillages en mouillages. 

Chaleur, mer bleue, brise très légère sont au menu quotidien. Nous sommes dans la région de Bozborum et nous devrions descendre dès demain vers Fethyie.

plutôt qu'un long et lancinant discours nous vous offrons quelques photosle marchand de pain du petit matin

lundi 1er octobre 2012

Lundi 1er octobre 2012,

Après 3,5 mois passés à flâner le long des côtes turques, entre la pointe de DATCA et FETHYIE, nous avons décidé de retourner dans notre bonne vieille Europe ; en l’occurrence la Grèce, plus exactement dans l'archipel de Dodécanèse. Une douzaine d'îles composent cet archipel. Leur particularité est qu'elles n'ont été rattachées à la Grèce qu'en 1947. Après une longue période de domination turque, elles revinrent à l'Italie après la guerre entre l'Italie et la Turquie (1911-1912).

Notre première étape a été la côte ouest de SYMI, dans la baie paisible de PANORMITIS , où rien ne vient rompre le silence, pas même le monastère ou la bâtisse qui doit être une maison de retraite. Puis nous avons fait escale sur l'île de NISSYROS (948 habitants), dont l'attraction principale réside dans son volcan. Les fumerolles dans le cratère montrent qu'il ne dort que d'un œil ! Il faut louer un scooter à la capitale, MANDRAKI, et parcourir l'île qui ne manque pas de charme, surtout ses deux villages NIKÉA et EMBORIOS perchés au bord du volcan. EMBORIOS ne possède qu'une poignée d'habitants, et un restaurant dont la terrasse donne sur le volcan, où vous pouvez déguster leur spécialité : la chèvre.

Après cette escale bucolique, nous avons retrouvé la frénétique île de KOS, sa capitale KOS-ville et sa cohorte de touristes qui y déambulent. Mais cela nous a permis de manger notre premier gyros de la saison... !

Prochaines étapes KALIMNOS et LEROS....

Et toujours pas un nuage depuis tout ce temps.

lundi 15 octobre 2012

Lundi,

nous avons donc quitté les îles du DODECANESE, sans regret en réalité. A part NYSSIROS et PATMOS les autres îles KALIMNOS et LEROS ne représentent pas d'intérêt. Notamment KALIMNOS dont la ville est polluée, bruyante et sans charme. Sa seule originalité réside dans ses pêcheurs d'éponges. LEROS présente toutefois l'intérêt de posséder un hôpital avec un service d'urgence que j'ai pu tester à cause d'un rapala planté dans mon doigt (la vengeance du poisson).

PATMOS est une île charmante, et dont l' attraction réside dans son monastère fortifié et perché. Et aussi la grotte de Saint-Jean qui a écrit, parait-il son livre « l’apocalypse » lors de son exil sur cette île. Tout cela draine des hordes de touristes religieux.

Après cet intermède, nous avons regagné les côtes turques où nous naviguons à cet instant à 2 nœuds, pendant que d'autres regagnent la terre à plus de 1 300 KM/H... deux mondes. Mais il est agréable de naviguer par 30 degrés...et sans scaphandre.

Nous allons rejoindre MARMARIS, où nous hivernerons.

×